LD semaine du 12 au 18 juillet 2009 (Ac 1-9)

LD 17  – Actes des Apôtres (Ac 1-9) – SEMAINE 11

 

« il reçut les Paroles de Vie pour nous les donner » (Ac 7,38)

 

 


 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

 

Durant les mois de mai à juillet, nous vous proposons, selon la pédagogie propre de la Lectio Divina, de lire, de méditer, de prier, de contempler, la Parole de Dieu dans la première partie des Actes des Apôtres (les chapitres 1 à 9). Cette lecture nous permet de poursuivre notre Année saint Paul dans laquelle nous sommes entrés depuis juin dernier.

 

◊   Commencez le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Mets en nous ta clarté, embrase-nous. En nos cœurs, répands l'amour du Père ; Viens fortifier nos corps dans leur faiblesse ; et donne-nous ta vigueur éternelle  ».

 

◊  Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…

 

◊  Conclure  le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : «  Réponds à notre prière, Dieu tout-puissant, et comme au jour de la Pentecôte, que le Christ, lumière de lumière, envoie sur nous l’Esprit de feu : qu’il éclaire nos cœurs, nous que tu as fait renaître et que tu confirmes dans ta grâce. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles  . Amen »


 

 


DIMANCHE 12 JUILLET 2009

  

 Lecture suivie : Ac 7, 30 – 54    « Dieu n’habite pas des demeures de main d’homme »

 Référence complémentaire : 1ère épître de saint Paul aux Corinthiens (1 Co 3,9-17) 

Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu. Selon la grâce de Dieu qui m'a été accordée, tel un bon architecte, j'ai posé le fondement. Un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il y bâtit. De fondement, en effet, nul n'en peut poser d'autre que celui qui s'y trouve, c'est-à-dire Jésus Christ. Que si sur ce fondement on bâtit avec de l'or, de l'argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, de la paille, l'œuvre de chacun deviendra manifeste; le Jour, en effet, la fera connaître, car il doit se révéler dans le feu, et c'est ce feu qui éprouvera la qualité de l'œuvre de chacun. Si l'œuvre bâtie sur le fondement subsiste, l'ouvrier recevra une récompense; si son œuvre est consumée, il en subira la perte; quant à lui, il sera sauvé, mais comme à travers le feu. Ne savez-vous pas que vous êtes un temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ? Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, celui-là, Dieu le détruira. Car le temple de Dieu est sacré, et ce temple, c'est vous.
 

 LUNDI 13 JUILLET
 

Lecture suivie : Ac 7, 30 – 54    « Dieu n’habite pas des demeures de main d’homme »

Texte de méditation : SAINT CÉSAIRE D’ARLES (Sermon pour la dédicace)

C'est nous qui devons être le temple de Dieu, son temple véritable et vivant. Tous, frères très chers avant le baptême, nous avons été des temples du diable ; après le baptême, nous sommes devenus des temples de Dieu et si nous réfléchissons attentivement au salut de notre âme, nous savons que nous sommes le temple véritable et vivant de Dieu. Dieu n’habite pas seulement dans des temples faits de la main de l'homme, ni dans une demeure de bois et de pierres, mais principalement dans l'âme créée à l'image de Dieu, par la main du Créateur lui-même. C'est ainsi que saint Paul a dit : Le temple de Dieu est saint, et ce temple, C'est vous. Et puisque le Christ est venu pour chasser le démon de nos cœurs, afin de se préparer un temple en nous, travaillons autant que nous le pouvons, avec son aide, à ce qu'il ne subisse pas en nous d'outrage, à cause de nos mauvaises actions. Car celui qui agit mal outrage le Christ. Comme je l'ai dit, avant que le Christ nous eût rachetés, nous étions la demeure du démon; ensuite nous sommes devenus la demeure de Dieu: Dieu a daigné faire de nous sa demeure. Chaque fois que nous venons a l'église, nous devons préparer nos âmes pour qu'elles soient telles que nous voulons trouver cette église. Tu veux trouver une basilique brillante? Ne souille pas ton âme par la saleté des péchés. Si tu veux que la basilique soit éclairée, et Dieu aussi le veut, que la lumière des bonnes œuvres brille en nous, et celui qui est aux cieux sera glorifié. De même que tu entres dans cette église, c'est ainsi que Dieu veut entrer dans ton âme, comme lui-même l'a dit: J'habiterai et je marcherai au milieu d'eux.

       

MARDI 14 JUILLET
 

 Lecture suivie : Ac 7, 55 à 8, 8      « Seigneur, ne leur impute pas ce péché »

Référence complémentaire : Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 23, 33 – 47)

Lorsqu'ils furent arrivés au lieu appelé Crâne, ils y crucifièrent Jésus ainsi que les malfaiteurs, l'un à droite et l'autre à gauche. Et Jésus disait: "Père, pardonne-leur: ils ne savent ce qu'ils font." Puis, se partageant ses vêtements, ils tirèrent au sort. Le peuple se tenait là, à regarder. Les chefs, eux, se moquaient: "Il en a sauvé d'autres, disaient-ils; qu'il se sauve lui-même, s'il est le Christ de Dieu, l'Elu!" Les soldats aussi se gaussèrent de lui: s'approchant pour lui présenter du vinaigre, ils disaient: "Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même!" Il y avait aussi une inscription au-dessus de lui: "Celui-ci est le roi des Juifs." L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait: "N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara: "Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait: "Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit: "En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis." C'était déjà environ la sixième heure quand, le soleil s'éclipsant, l'obscurité se fit sur la terre entière, jusqu'à la neuvième heure. Le voile du Sanctuaire se déchira par le milieu, et, jetant un grand cri, Jésus dit: "Père, en tes mains je remets mon esprit." Ayant dit cela, il expira. Voyant ce qui était arrivé, le centenier glorifiait Dieu, en disant: "Sûrement, cet homme était un juste!"

 

MERCREDI 15 JUILLET

  

  Lecture suivie : Ac 7, 55 à 8, 8      « Seigneur, ne leur impute pas ce péché »

 Texte de méditation : SAINT CÉSAIRE D’ARLES (Sermon au peuple, 37)

  « Le Christ a souffert pour nous, vous laissant un exemple pour que vous suiviez ses pas » (1P 2,21). Quel exemple du Seigneur aurons-nous à suivre ? Est-ce celui de ressusciter les morts ? Est-ce de marcher sur la mer ? Pas du tout, mais d'être doux et humbles de cœur (Mt 11,29) et d'aimer non seulement nos amis mais même nos ennemis (Mt 5,44). 

« Afin que vous suiviez ses pas », écrit saint Pierre. Le bienheureux évangéliste Jean le dit aussi : « Celui qui dit qu'il demeure dans le Christ doit marcher comme lui il a marché » (1Jn 2,6). Comment le Christ a-t-il marché? Sur la croix il a prié pour ses ennemis, en disant : « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font » (Lc 23,34). Ils ont en effet perdu le sens et sont possédés d'un esprit mauvais, et alors qu'ils nous persécutent, ils souffrent du diable une plus grande persécution. C'est pourquoi nous devons prier plus pour leur délivrance que pour leur condamnation. 

C'est bien ce qu'a fait le bienheureux Étienne, lui qui le premier a suivi très glorieusement les pas du Christ. Car, alors qu'il était frappé d'une grêle de pierres, il a prié debout pour lui-même ; mais pour ses ennemis, s'étant mis à genoux, il s'est écrié de toutes ses forces : « Seigneur Jésus Christ, ne leur impute pas ce péché » (Ac 7,60). Donc, si nous pensons que nous ne pouvons pas imiter notre Seigneur, imitons au moins celui qui était son serviteur comme nous.

   

JEUDI 16 JUILLET

 

Lecture suivie : Ac 8, 9 – 25  « la Samarie a accueilli la Parole de Dieu »

Référence complémentaire : Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 17, 11 – 21) 

Comme Jésus faisait route vers Jérusalem, il passa aux confins de la Samarie et de la Galilée. A son entrée dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre et s'arrêtèrent à distance ; ils élevèrent la voix et dirent : "Jésus, Maître, aie pitié de nous." A cette vue, il leur dit : "Allez vous montrer aux prêtres." Et il advint, comme ils y allaient, qu'ils furent purifiés. L'un d'entre eux, voyant qu'il avait été purifié, revint sur ses pas en glorifiant Dieu à haute voix et tomba sur la face aux pieds de Jésus, en le remerciant. Et c'était un Samaritain. Prenant la parole, Jésus dit : "Est-ce que les dix n'ont pas été purifiés ? Les neuf autres, où sont-ils ? Il ne s'est trouvé, pour revenir rendre gloire à Dieu, que cet étranger !" Et il lui dit : "Relève-toi, va ; ta foi t'a sauvé." Les Pharisiens lui ayant demandé quand viendrait le Royaume de Dieu, il leur répondit: "La venue du Royaume de Dieu ne se laisse pas observer, et l'on ne dira pas: Voici : il est ici ! ou bien : il est là ! Car voici que le Royaume de Dieu est au milieu de vous."

  

VENDREDI 17 JUILLET

 

Lecture suivie : Ac 8, 9 – 25  « la Samarie a accueilli la Parole de Dieu »

Texte de méditation : SAINT GRÉGOIRE DE NYSSE (Sur le Ct)

« J'ai ôté ma tunique, comment la remettrai-je ? J'ai lavé mes pieds, comment les salirai-je ? » (Ct 5,3). L'Épouse (c’est-à-dire, le croyant) a bien écouté le Verbe qui l'invitait à devenir sœur, amie, colombe et parfaite, pour permettre à la Vérité d'entrer dans son âme. Elle a fait ce qu'on lui disait en se dévêtant de la tunique de peau, dont elle avait été enveloppée après le péché (Gn 3,21), et en lavant ses pieds de la poussière dont ils s'étaient couverts, lorsqu'elle avait quitté pour la terre le séjour du paradis, après avoir entendu cette parole : « Tu es terre, et tu retourneras à la terre » (Gn 3,19). Elle a ainsi ouvert au Verbe une entrée dans son âme, car elle a écarté le voile de son cœur, c'est-à-dire la chair. Par chair, j'entends le vieil homme que le divin Apôtre invite ceux qui doivent laver dans le bain du Verbe la boue des pieds de leur âme à dépouiller et à déposer (Col 3,9). Celui donc qui a dépouillé le vieil homme et qui a enlevé le voile du cœur a ouvert une entrée au Verbe. Et celui-ci une fois entré, l'âme s'en fait un vêtement selon l'enseignement de l'Apôtre qui invite celle-ci à dépouiller le vêtement en lambeaux du vieil homme, à revêtir la tunique nouvelle créée selon Dieu dans la sainteté et la justice (Ep 4,24). Et ce vêtement, il nous le dit, est Jésus.

 

SAMEDI 18 JUILLET

   PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

 

◊ Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.

 

◊ Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.

 

◊ Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51)

 

 

        Pour le texte biblique, vous pouvez consulter le Site portsaintnicolas.