LD semaine du 31 janvier au 6 février 2010 (Mt 5 à 7)

LD 21  – Sermon sur la Montagne (Mt 5 - 7) – SEMAINE 4

 

« ne vous inquiétez pas du lendemain » (Mt 6,34)

 

 


 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

 

 

 

◊   Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Viens Esprit Saint, Mets en nous ta clarté, embrase-nous. En nos cœurs, répands l'amour du Père ; Viens fortifier nos corps dans leur faiblesse ; et donne-nous ta vigueur éternelle ».

 

◊  Lire avec attention le texte proposé pour la journée. L'accueillir comme notre nourriture du jour, le prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…

 

◊  Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Accorde-nous, Dieu tout-puissant, de conformer à ta volonté nos paroles et nos actes dans une inlassable recherche des biens spirituels. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen »


 

 


DIMANCHE 31 JANVIER 2010

  

 Lecture suivie : Mt 6, 16 – 23    « La lampe du corps, c’est l’œil »

    Référence complémentaire : Epître de saint Paul aux Ephésiens (Ep 5, 8 – 17) 

 Jadis vous étiez ténèbres, mais à présent vous êtes lumière dans le Seigneur; conduisez-vous en enfants de lumière; car le fruit de la lumière consiste en toute bonté, justice et vérité. Discernez ce qui plaît au Seigneur, et ne prenez aucune part aux œuvres stériles des ténèbres; dénoncez-les plutôt. Certes, ce que ces gens-là font en cachette, on a honte même de le dire; mais quand tout cela est dénoncé, c'est dans la lumière qu'on le voit apparaître; tout ce qui apparaît, en effet, est lumière. C'est pourquoi l'on dit: Eveille-toi, toi qui dors, lève-toi d'entre les morts, et sur toi luira le Christ. Ainsi prenez bien garde à votre conduite; qu'elle soit celle non d'insensés mais de sages, qui tirent bon parti de la période présente; car nos temps sont mauvais; ne vous montrez donc pas inconsidérés, mais sachez voir quelle est la volonté du Seigneur. Ne vous enivrez pas de vin: on n'y trouve que libertinage; mais cherchez dans l'Esprit votre plénitude.

 

 LUNDI 1er FÉVRIER
 


Lecture suivie : Mt 6, 16 – 23    « La lampe du corps, c’est l’œil »

Texte de méditation : SAINT AUGUSTIN (Sur la Montagne)

Le Seigneur fait voir que tous ses commandements se rapportent à la pureté du cœur quand il dit: « La lampe de votre cœur est votre œil » Il faut entendre ce passage en ce sens: soyons bien convaincus que nos actions sont pures et agréables aux yeux du Seigneur, quand elles sont faites avec un cœur simple, c'est-à-dire dans une intention surnaturelle et finale de charité; car l'amour est la plénitude de la loi. L'œil signifie ici l'intention même qui dirige toutes nos actions; si elle est pure et droite, si elle a en vue ce qu'il faut avoir en vue, tout ce que nous ferons pour elle sera nécessairement bon (…) Ce n'est donc pas à l'action, mais au motif de l'action, qu'il faut s'attacher. Et c'est là la lumière qui est en nous, parce que c'est là ce qui nous révèle que nous agissons avec une bonne intention: car tout ce qui se découvre est lumière (Ep 5,13). Quand je donne l'aumône à un pauvre qui me la demande, je ne sais ce qu'il en fera, ce qui en résultera pour lui; il peut arriver qu'il en abuse ou qu'il en éprouve quelque chose de fâcheux, que je ne voulais pas, qui était loin de ma pensée, lorsque je la lui donnais. Si donc j'ai agi avec bonne intention et avec conscience de cette bonne intention, c'est ce qu'on appelle la lumière: quelqu'en soit le résultat, mon action est éclairée.

                               
MARDI 2 FÉVRIER
 
 

 

Lecture suivie : Mt 6, 24 – 34        « Cherchez d’abord le Royaume du Père et sa justice »

Référence complémentaire : Livre de la Sagesse (Sg 7, 7 – 16)

J'ai prié, et l'intelligence m'a été donnée, j'ai invoqué, et l'esprit de Sagesse m'est venu. Je l'ai préférée aux sceptres et aux trônes et j'ai tenu pour rien la richesse en comparaison d'elle. Je ne lui ai pas égalé la pierre la plus précieuse; car tout l'or, au regard d'elle, n'est qu'un peu de sable, à côté d'elle, l'argent compte pour de la boue. Plus que santé et beauté je l'ai aimée et j'ai préféré l'avoir plutôt que la lumière, car son éclat ne connaît point de repos. Mais avec elle me sont venus tous les biens et, par ses mains, une incalculable richesse. De tous ces biens je me suis réjoui, parce que c'est la Sagesse qui les amène; j'ignorais pourtant qu'elle en fût la mère. Ce que j'ai appris sans faute, je le communiquerai sans envie, je ne cacherai pas sa richesse. Car elle est pour les hommes un trésor inépuisable, ceux qui l'acquièrent s'attirent l'amitié de Dieu, recommandés par les dons qui viennent de l'instruction. Que Dieu me donne d'en parler à son gré et de concevoir des pensées dignes des dons reçus, parce qu'il est lui-même et le guide de la Sagesse et le directeur des sages; nous sommes en effet dans sa main, et nous et nos paroles, et toute intelligence et tout savoir pratique.

            


 

MERCREDI 3 FÉVRIER

  

 

    Lecture suivie : Mt 6, 24 – 34     « Cherchez d’abord le Royaume du Père et sa justice »

   Texte de méditation : RUPERT DE DEUTZ (Sur Mt)

Qu’est-ce que le Royaume de Dieu, sinon le Verbe de Dieu ? Car Celui qui gouverne tout, c’est le Verbe, par qui toutes choses ont été créées… Donc, chaque fois que nous venons entendre ou étudier le Verbe de Dieu, chaque fois que nous lisons ou écoutons avec joie l’Ecriture Sainte, c’est le Royaume de Dieu et sa justice que nous cherchons. Ici-bas, tan que nous vivons, nous le cherchons, et nous pouvons le chercher ; mais le trouver pleinement, nous n’y réussirons pas, si ce n’est après cette vie. Ce Royaume de Dieu, c’est le trésor caché dans un champ (Mt 13,44). Le trésor soigneusement enfermé et scellé sous la lettre de la Loi et des prophètes : cette lettre qui en partie est énigme et parabole. Trouver le trésor, c’est creuser les Écritures, et, dans la joie de la trouvaille, vendre tout, et acheter le champ… C’est rejeter tout souci, en obéissant à ce conseil évangélique, et embrasser l’étude des Ecritures de manière que l’homme soit toujours libre pour étudier ou écouter le Verbe de Dieu. Faites cela, dit-il, et tout le reste vous sera donné par surcroît ! Que d’hommes, à qui cette étude a non seulement procuré le nécessaire – c’est-à-dire la nourriture et le vêtement – mais même les plus grands honneurs ! « J’ai aimé la Sagesse, dit encore l’Écriture, plus que santé et beauté. Je me suis proposé de l’avoir pour lumière, et tous les biens me sont venus avec elle » Sg 7,10-11).

 

JEUDI 4 FÉVRIER

 

Lecture suivie : Mt 7, 1 – 6    « ôte d’abord la poutre de ton œil »

    Référence complémentaire : Epître de saint Paul aux Romains (Rm 2, 1 – 11) :

Tu es sans excuse, qui que tu sois, toi qui juges. Car en jugeant autrui, tu juges contre toi-même: puisque tu agis de même, toi qui juges, et nous savons que le jugement de Dieu s'exerce selon la vérité sur les auteurs de pareilles actions. Et tu comptes, toi qui juges ceux qui les commettent et qui les fais toi-même, que tu échapperas au jugement de Dieu? Ou bien méprises-tu ses richesses de bonté, de patience, de longanimité, sans reconnaître que cette bonté de Dieu te pousse au repentir? Par ton endurcissement et l'impénitence de ton cœur, tu amasses contre toi un trésor de colère, au jour de la colère où se révélera le juste jugement de Dieu, qui rendra à chacun selon ses oeuvres: à ceux qui par la constance dans le bien recherchent gloire, honneur et incorruptibilité: la vie éternelle; aux autres, âmes rebelles, indociles à la vérité et dociles à l'injustice: la colère et l'indignation. Tribulation et angoisse à toute âme humaine qui s'adonne au mal, au Juif d'abord, puis au Grec; gloire, honneur et paix à quiconque fait le bien, au Juif d'abord, puis au Grec; car Dieu ne fait pas acception des personnes.

          

VENDREDI 5 FÉVRIER

 

Lecture suivie : Mt 7, 1 – 6    « ôte d’abord la poutre de ton œil »

  Texte de méditation : SAINT AUGUSTIN (Sur la Montagne)

Tout ce que le Seigneur dit ici a pour but de nous tenir en garde contre le jugement téméraire et injuste, parce qu'il veut que dans toutes nos actions, nous ayons un cœur simple et Dieu seul en vue; parce que le motif de beaucoup d'actions étant inconnu, il est téméraire d'en juger, et que ceux qui se laissent le plus facilement aller au jugement téméraire et au blâme, sont ceux qui aiment mieux critiquer et condamner, qu'améliorer et corriger: ce qui est le défaut propre de l'orgueil et de l'envie. Pour toutes ces raisons, le Seigneur ajoute: «Pourquoi vois-tu, le fétu qui est dans l'œil de ton frère et ne vois-tu pas la poutre qui est dans le tien?» Par exemple: cet homme a péché par colère et vous péchez par haine eh bien! il y autant de distance entre la colère et la haine qu'entre un fétu et une poutre. Car la haine est une colère invétérée qui a pris une telle force avec le temps, qu'on a raison de l'appeler une poutre. Il peut arriver que, tout en vous fâchant contre un homme, vous désiriez le corriger: et cela n'est pas possible avec la haine (…) Ce n'est donc que rarement et dans une grande nécessité qu'il faut adresser des reproches, et, quand on le fait, ce n'est point son propre intérêt, mais le service de Dieu qu'il faut avoir en vue. Car Dieu est la fin dernière: par conséquent ne faisons rien avec un cœur double, et ôtons d'abord de notre œil la poutre de la jalousie, de la malice, de la dissimulation, avant de songer à ôter le fétu de l'œil de notre frère.

 

 

SAMEDI 6 FÉVRIER

   PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

 

◊ Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.

 

◊ Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.

 

◊ Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51)

 

 

        Pour le texte biblique, vous pouvez consulter le Site portsaintnicolas.