LD semaine du 18 au 24 octobre 2009 (Mc 1-7)

LD 19  – Evangile selon saint Marc (Mc 1-7) – SEMAINE 4

 

« Jésus vint en Galilée, proclamant l’Evangile de Dieu » (Mc 1, 14)

 

 


 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

 

 

◊   Commencez le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : «Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-Haut. Et révèle-nous celui du Fils; Et toi l'Esprit commun qui les rassemble; Viens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi ».

 

◊  Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…

 

◊  Conclure  le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Dieu qui as confié à saint Marc la mission de proclamer la Bonne Nouvelle, 
accorde-nous de si bien profiter de son enseignement 
que nous marchions sur les traces du Christ. 
Lui qui règne avec toi et le Saint Esprit, 
maintenant et pour les siècles des siècles. Amen »


 

 


DIMANCHE 18 OCTOBRE 2009

  

 Lecture suivie : Mc 1, 1 – 20  « Tu es mon Fils bien-aimé, tu as toute ma faveur »
 

   Référence complémentaire : Livre du prophète Isaïe (Is 42, 1 – 10) 

Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu en qui mon âme se complaît. J'ai mis sur lui mon esprit, il présentera aux nations le droit. Il ne crie pas, il n'élève pas le ton, il ne fait pas entendre sa voix dans la rue; il ne brise pas le roseau froissé, il n'éteint pas la mèche qui faiblit, fidèlement, il présente le droit; il ne faiblira ni ne cédera jusqu'à ce qu'il établisse le droit sur la terre, et les îles attendent son enseignement. Ainsi parle Dieu, Yahvé, qui a créé les cieux et les a déployés, qui a affermi la terre et ce qu'elle produit, qui a donné le souffle au peuple qui l'habite, et l'esprit à ceux qui la parcourent. "Moi, Yahvé, je t'ai appelé dans la justice, je t'ai saisi par la main, et je t'ai modelé, j'ai fait de toi l'alliance du peuple, la lumière des nations, pour ouvrir les yeux des aveugles, pour extraire du cachot le prisonnier, et de la prison ceux qui habitent les ténèbres." Je suis Yahvé, tel est mon nom! Ma gloire, je ne la donnerai pas à un autre, ni mon honneur aux idoles. Les premières choses, voici qu'elles sont arrivées, et je vous en annonce de nouvelles, avant qu'elles ne paraissent, je vais vous les faire connaître. Chantez à Yahvé un chant nouveau, que chantent sa louange, des extrémités de la terre, ceux qui vont sur la mer, et tout ce qui la peuple, les îles et ceux qui les habitent.

 

 

 LUNDI 19 OCTOBRE
 


Lecture suivie : Mc 1, 1 – 20  « Tu es mon Fils bien-aimé, tu as toute ma faveur »

Texte de méditation : SAINT ATHANASE (Contre Arien)

Si c’est pour nous qu’il se sanctifie, et s’il le fait une fois incarné, on voit clairement que l’Esprit, quand il descendit sur lui au Jourdain, descendit sur nous-mêmes : car le Christ avait revêtu notre corps. Et cela ne se produisait pas afin de rendre le Verbe meilleur, mais afin de nous rendre saints, afin que nous participions à son onction et que l’on puisse dire de nous : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? » (1 Co 3,16). Parce que le Seigneur était lavé dans le Jourdain en tant qu’homme, nous-mêmes nous étions lavés, en Lui et par Lui. Quand il accueillait l’Esprit, il nous rendait dignes de le recevoir… Lui qui est le Verbe et la Splendeur du Père, il a dit de l’Esprit : « Il recevra de moi » (Jn 16,14) et « c’est moi qui l’envoie » (Jn 16,7). Donc nous aussi nous avons commencé de recevoir son onction et son sceau, comme Jean l’a dit : « Vous aussi vous possédez l’onction qui vient du Saint » (1 Jn 2,20). Et l’Apôtre ajoute : « Vous aussi vous avez été signés de l’Esprit de la promesse » (Ep 1,13).

      
MARDI 20 OCTOBRE
 
 

Lecture suivie : Mc 1, 21 – 34       « Un enseignement nouveau est donné d’autorité »

Référence complémentaire : Epître de saint Paul à Tite (Tt 2, 11 – 15)

La grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, s'est manifestée, nous enseignant à renoncer à l'impiété et aux convoitises de ce monde, pour vivre en ce siècle présent dans la réserve, la justice et la piété, attendant la bienheureuse espérance et l'Apparition de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, le Christ Jésus qui s'est livré pour nous afin de nous racheter de toute iniquité et de purifier un peuple qui lui appartienne en propre, zélé pour le bien. C'est ainsi que tu dois parler, exhorter, reprendre avec une autorité entière. Que personne ne te méprise.

 

MERCREDI 21 OCTOBRE

  

    Lecture suivie : Mc 1, 21 – 34       « Un enseignement nouveau est donné d’autorité »

   Texte de méditation : SAINT CYRILLE DE JÉRUSALEM (Catéchèses)

Crois en Jésus Christ, Fils du Dieu vivant, mais selon l'Évangile, fils unique : « Dieu a tant aimé le monde qu'il lui a donné son Fils unique, afin que celui qui croit en lui ne périsse pas mais qu'il ait la vie éternelle » (Jn 3,16)… Le Père a engendré le Fils autrement que, chez les hommes, l'esprit engendre la parole. Car l'esprit en nous subsiste, tandis que la parole, une fois prononcée et diffusée dans l'air, s'évanouit. Mais nous savons que le Christ a été engendré Verbe, Parole non pas proférée mais parole subsistante et vivante, non pas prononcée et sortie de lèvres mais née du Père éternellement, de manière substantielle et ineffable. Car « au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était près de Dieu, et le Verbe était Dieu » (Jn 1,1), siégeant à sa droite (Ps 109,1). Il est la Parole qui comprend la volonté du Père et produit toutes choses par son ordre, Parole qui descend et qui remonte (Ep 4,10), Parole qui parle et dit : « Ce que j'ai vu chez mon Père, voilà ce que je dis » (Jn 8,38). Parole pleine d'autorité (Mc 1,27) et qui régit tout, car « le Père a tout remis au Fils» (Jn 3,35).

 

JEUDI 22 OCTOBRE

 

Lecture suivie : Mc 1, 35 – 45   « Si tu le veux, tu peux me purifier »

    Référence complémentaire : Second Livre des Rois (2 R 5, 6 – 14) :

Naamân, chef de l'armée syrienne, présenta au roi d'Israël la lettre du roi d’Aram, ainsi conçue: "En même temps que te parvient cette lettre, je t'envoie mon serviteur Naamân, pour que tu le délivres de sa lèpre." A la lecture de la lettre, le roi d'Israël déchira ses vêtements et dit: "Suis-je un dieu qui puisse donner la mort et la vie, pour que celui-là me mande de délivrer quelqu'un de sa lèpre? Pour sûr, rendez-vous bien compte qu'il me cherche querelle!" Mais quand Elisée apprit que le roi d'Israël avait déchiré ses vêtements, il fit dire au roi: "Pourquoi as-tu déchiré tes vêtements? Qu'il vienne donc vers moi, et il saura qu'il y a un prophète en Israël." Naamân arriva avec son attelage et son char et s'arrêta à la porte de la maison d'Elisée, et Elisée envoya un messager lui dire: "Va te baigner sept fois dans le Jourdain, ta chair redeviendra  nette." Naamân, irrité, s'en alla en disant: "Je m'étais dit: Sûrement il sortira et se présentera lui-même, puis il invoquera le nom de Yahvé son Dieu, il agitera la main sur l'endroit malade et délivrera la partie lépreuse. Est-ce que les fleuves de Damas, l'Abana et le Parpar, ne valent pas mieux que toutes les eaux d'Israël? Ne pourrais-je pas m'y baigner pour être purifié?" Il tourna bride et partit en colère. Mais ses serviteurs s'approchèrent et s'adressèrent à lui en ces termes: "Mon père! Si le prophète t'avait prescrit quelque chose de difficile, ne l'aurais-tu pas fait? Combien plus, lorsqu'il te dit: "Baigne-toi et tu seras purifié." Il descendit donc et se plongea sept fois dans le Jourdain, selon la parole d'Elisée: sa chair redevint nette comme la chair d'un petit enfant.

 

VENDREDI 23 OCTOBRE

 

Lecture suivie :      Mc 1, 35 – 45   « Si tu le veux, tu peux me purifier »

  Texte de méditation : ISAAC DE L’ÉTOILE (Sermons)

« Le juste commence par s’accuser » (Pr 18,17), autrement dit : du fait qu’il s’accuse, il commence à être juste. C’est pourquoi le lépreux, en arrivant, commence par dire : « Seigneur, si tu le veux, tu peux me purifier ». Il confesse deux choses : son impureté, et la puissance du Seigneur ; il en implore une troisième : le bienfait. Avec une louange, il invoque le Seigneur ; c’et pourquoi il est renvoyé guéri de sa lèpre. Louant la puissance, il appelle la grâce ; et la grâce ne peut absolument pas manquer aux deux confessions qui ont précédé : celle du délit, et celle de la louange. Tout homme, en effet, qui invoque ainsi le Nom du Seigneur sera sauvé, et entendra : « Je le veux, sois guéri ». C’est pourquoi le saint Prophète s’écrie : « J’invoquerai le Seigneur avec la louange, et je serai sauvé de mes ennemis » (Ps 17).

Il y a deux choses qui conviennent à Dieu seul : l’honneur de la confession, et la puissance de al rémission. Nous devons lui présenter la confession, attendre de Lui la rémission. Car il appartient à Dieu seul de remettre les péchés, et c’est pourquoi on doit lui présenter la confession.

 

SAMEDI 24 OCTOBRE

   PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

 

◊ Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.

 

◊ Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.

 

◊ Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51)

 

 

        Pour le texte biblique, vous pouvez consulter le Site portsaintnicolas.