LD semaine du 14 au 20 novembre 2010 (Jonas)

 

 

 

LD 27  – Livre de Jonas – SEMAINE 1

 

 

 

« Du Seigneur vient le salut » (Jon 2, 10)

 

 


 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

 

 

 

◊   Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi ».

 

◊  Lire avec attention le texte proposé pour la journée. L'accueillir comme notre nourriture du jour, le prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…

 

◊  Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Dieu éternel et tout-puissant, unique espoir du monde, toi qui annonçais par la voix des prophètes les mystères qui s'accomplissent aujourd'hui, Daigne inspirer toi-même les désirs de ton peuple, puisqu'aucun de tes fidèles ne peut progresser en vertu sans l'inspiration de ta grâce. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen »


 


 

 

 

 

DIMANCHE 14 NOVEMBRE 2010

             

 

 Lecture suivie : Jon 2, 1 – 10  « du shéol j’ai appelé, et tu as entendu ma voix »

    Référence complémentaire : Evangile selon saint Matthieu (Mt 12, 38 – 42) 

Quelques-uns des scribes et des Pharisiens prirent la parole et dirent à Jésus : "Maître, nous désirons que tu nous fasses voir un signe." Il leur répondit: "Génération mauvaise et adultère! elle réclame un signe, et de signe, il ne lui sera donné que le signe du prophète Jonas. De même, en effet, que Jonas fut dans le ventre du monstre marin durant trois jours et trois nuits, de même le Fils de l'homme sera dans le sein de la terre durant trois jours et trois nuits. Les hommes de Ninive se dresseront lors du Jugement avec cette génération et ils la condamneront, car ils se repentirent à la proclamation de Jonas, et il y a ici plus que Jonas! La reine du Midi se lèvera lors du Jugement avec cette génération et elle la condamnera, car elle vint des extrémités de la terre pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici plus que Salomon!

 

 

LUNDI 15 NOVEMBRE

 

Lecture suivie : Jon 2, 1 – 10  « du shéol j’ai appelé, et tu as entendu ma voix »

Texte de méditation : SAINT IRÉNÉE DE LYON (Contre les hérésies)

Dieu a montré de la patience devant la faiblesse de l'homme, parce qu'il voyait d'avance la victoire qu'il lui donnerait un jour par son Verbe ; car, quand « la puissance s'est déployée dans la faiblesse » (2Co 12,9), le Verbe a fait apparaître la bonté de Dieu et sa magnifique puissance. En effet, il en a été de l'homme comme du prophète Jonas. Dieu a permis que celui-ci soit englouti par un monstre marin, non pour qu'il disparaisse et périsse totalement, mais pour qu'après avoir été rejeté par le monstre il soit plus soumis à Dieu et glorifie davantage celui qui lui donnait ce salut inespéré. C'était aussi pour amener les Ninivites à un ferme repentir et les convertir à celui qui les délivrait de la mort, frappés qu'ils ont été par le signe accompli en Jonas. De la même manière, dès le commencement, Dieu a permis que l'homme soit englouti par le grand monstre, auteur de la désobéissance, non pour qu'il disparaisse et périsse totalement, mais parce que Dieu préparait à l'avance le salut accompli par son Verbe par le moyen du « signe de Jonas ». Ce salut a été préparé pour ceux qui auront pour Dieu les mêmes sentiments que Jonas et qui les confesseront dans les mêmes termes : « Je suis le serviteur du Seigneur et j'adore le Seigneur, le Dieu du ciel, qui a fait la mer et la terre ferme » (Jon 1,9). Dieu a voulu que l'homme, recevant de lui un salut inespéré, ressuscite d'entre les morts et glorifie Dieu en disant avec Jonas : « J'ai crié vers le Seigneur mon Dieu dans ma détresse, et il m'a répondu au ventre des enfers » (Jon 2,2). Dieu a voulu que l'homme demeure toujours fidèle à le glorifier et à lui rendre grâces sans cesse pour ce salut reçu de lui.

 

 

MARDI 16 NOVEMBRE


Lecture suivie : Jon 3, 1-10 « Dieu vit comment ils se détournaient de leur conduite mauvaise »

Référence complémentaire : Livre des Psaumes (Ps 25, 1 – 14)

Vers toi, Seigneur, j'élève mon âme,

ô mon Dieu. En toi je me confie, que je n'aie point honte,

que mes ennemis ne se rient de moi!

Pour qui espère en toi, point de honte, mais honte à qui trahit sans raison.

Fais-moi connaître, Seigneur, tes voies, enseigne-moi tes sentiers.

Dirige-moi dans ta vérité, enseigne-moi, c'est toi le Dieu de mon salut.

En toi tout le jour j'espère à cause de ta bonté, Seigneur.

Souviens-toi de ta tendresse, Seigneur, de ton amour, car ils sont de toujours.

Ne te souviens pas des égarements de ma jeunesse,

mais de moi, selon ton amour souviens-toi!

Droiture et bonté que le Seigneur, lui qui remet dans la voie les égarés,

qui dirige les humbles dans la justice, qui enseigne aux malheureux sa voie.

Tous les sentiers du Seigneur sont amour et vérité

pour qui garde son alliance et ses préceptes.

A cause de ton nom, Seigneur, pardonne mes torts, car ils sont grands.

Est-il un homme qui craigne le Seigneur, il le remet dans la voie qu'il faut prendre;

son âme habitera le bonheur, sa lignée possédera la terre.

Le secret du Seigneur est pour ceux qui le craignent,

son alliance, pour qu'ils aient la connaissance.

 

 

 

MERCREDI 17 NOVEMBRE

 

 

    Lect. suiv. : Jon 3,1-10 Dieu vit comment ils se détournaient de leur conduite mauvaise

   Texte de méditation : SAINT CLÉMENT DE ROME (Ep. aux Co)

Fixons nos regards sur le sang du Christ, et comprenons combien il a de valeur pour son Père, puisque, répandu pour notre salut, il a procuré au monde entier la grâce de la conversion. Parcourons toutes les générations et nous apprendrons que, de génération en génération, le Maître a offert la possibilité de se convertir à tous ceux qui voulaient se retourner vers lui. Noé prêcha la conversion, et ceux qui l'écoutèrent furent sauvés. Jonas annonça aux Ninivites la destruction qui les menaçait. Ils se repentirent de leurs péchés, ils apaisèrent Dieu par leurs supplications et ils obtinrent le salut, bien qu'étrangers à Dieu. Les ministres de la grâce de Dieu, sous l'inspiration de l'Esprit Saint, ont parlé de la conversion. Le Maître de l'univers lui-même en a parlé avec serment: Aussi vrai que je suis vivant, parole du Seigneur, je ne veux pas la mort du pécheur mais sa conversion. Et il ajoute cette sentence pleine de bonté: Convertissez-vous, maison d'Israël, de votre iniquité. Dis aux fils de mon peuple: Vos péchés monteraient-ils de la terre jusqu'au ciel, seraient-ils plus rouges que l'écarlate et plus noirs qu'un vêtement de deuil, si vous vous retournez vers moi de tout votre cœur et me dites: 'Père!' je vous écouterai comme un peuple saint. Voilà ce qu'il a fixé par sa volonté toute-puissante, parce qu'il veut faire participer tous ceux qu'il aime à la conversion. C'est pourquoi nous devons obéir à sa magnifique et glorieuse volonté. Implorons humblement sa miséricorde et sa bonté, prosternons-nous, tournons-nous vers sa compassion en abandonnant les préoccupations frivoles, la discorde et la jalousie qui conduisent à la mort.


 

JEUDI 18 NOVEMBRE

 

 

Lecture suivie: Jon 4, 1 – 11       « tu es un Dieu de pitié et de tendresse »

    Référence complémentaire : Livre de l’Exode (Ex 34, 5 – 10) :

Le Seigneur descendit dans une nuée et il se tint là avec Moïse. Il invoqua le nom du Seigneur. Le Seigneur passa devant lui et il cria: "Seigneur, Seigneur, Dieu de tendresse et de pitié, lent à la colère, riche en grâce et en fidélité; qui garde sa grâce à des milliers, tolère faute, transgression et péché mais ne laisse rien impuni et châtie les fautes des pères sur les enfants et les petits-enfants, jusqu'à la troisième et la quatrième génération." Aussitôt Moïse tomba à genoux sur le sol et se prosterna, puis il dit: "Si vraiment, Seigneur, j'ai trouvé grâce à tes yeux, que mon Seigneur veuille bien aller au milieu de nous, bien que ce soit un peuple à la nuque raide, pardonne nos fautes et nos péchés et fais de nous ton héritage." Il dit: "Voici que je vais conclure une alliance: devant tout ton peuple je ferai des merveilles telles qu'il n'en a été accompli dans aucun pays ni aucune nation. Le peuple au milieu duquel tu te trouves verra l'œuvre du Seigneur, car c'est chose redoutable, ce que je vais faire avec toi.

 

 

 

VENDREDI 19 NOVEMBRE

 

Lecture suivie : Jon 4, 1 – 11       « tu es un Dieu de pitié et de tendresse »

  Texte de méditation : JEAN-PAUL II (Réconciliation et pénitence)

La parabole du fils prodigue est avant tout l'histoire ineffable du grand amour d'un Père - Dieu - qui offre à son fils, revenu à lui, le don de la pleine réconciliation. Mais en évoquant, sous la figure du frère aîné, l'égoïsme qui divise les frères entre eux, elle devient aussi l'histoire de la famille humaine; elle décrit notre situation et montre le chemin à parcourir. Le fils prodigue, dans son ardent désir de conversion, de retour dans les bras de son père et de pardon, représente ceux qui ressentent au fond de leur conscience la nostalgie d'une réconciliation à tous les niveaux et sans réserve, et qui sont intimement persuadés qu'elle n'est possible que si elle découle d'une réconciliation première et fondamentale, celle qui, de l'éloignement ou il se trouve, amène l'homme à l'amitié filiale avec Dieu dont il reconnaît la miséricorde infinie. Mais, lue dans la perspective de l'autre fils, la parabole peint la situation de la famille humaine divisée par les égoïsmes, elle met en lumière la difficulté de satisfaire le désir et la nostalgie d'être d'une même famille réconciliée et unie, et elle rappelle donc la nécessité d'une profonde transformation des cœurs pour redécouvrir la miséricorde du Père et pour vaincre l'incompréhension et l'hostilité entre frères. A la lumière de cette inépuisable parabole de la miséricorde qui efface le péché, l'Eglise, accueillant l'appel qu'elle contient, comprend sa mission d'œuvrer, à la suite du Seigneur, pour la conversion des cœurs et la réconciliation des hommes avec Dieu et entre eux, ces deux réalités étant intimement liées. Le Livre de Jonas est, dans l'Ancien Testament, une anticipation et une figure admirables de cet aspect de la parabole. Le péché de Jonas est celui "d'éprouver un grand dépit et de se fâcher" parce que Dieu est "un Dieu de pitié et de tendresse, lent à la colère, riche en grâce et se repentant du mal", c'est le péché "d'avoir de la peine pour une plante de ricin ... qui a poussé en une nuit et en une nuit a péri", et de ne pas comprendre que le Seigneur "ait eu pitié de Ninive": cf. Jon 4

 


 

SAMEDI 20 NOVEMBRE

 

 




PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI : 

REPRISE D’UNE SEMAINE DE LECTIO DIVINA 

Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui, en fin de semaine, de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation

Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.

  Cela nous permettra de vivre cette journée de lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit-Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51).

 

 

        Pour le texte biblique, vous pouvez consulter le Site portsaintnicolas.