LD semaine du 2 au 8 mai 2010 (Ac 9-15)

LD 23  – Livre des Actes des Apôtres (9-15) – SEMAINE 5

 

«  ils annonçaient la Bonne Nouvelle de Jésus Christ » (Ac 11, 20)

 

 


 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

 

 

 

 

◊   Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi ».

 

◊  Lire avec attention le texte proposé pour la journée. L'accueillir comme notre nourriture du jour, le prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…

 

◊  Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Dieu qui as des disciples pleins de foi et de l’Esprit Saint, pour qu’ils portent aux païens le message du salut ; fais que l’Évangile du Christ, dont ils furent les Apôtres courageux, soit encore annoncé fidèlement en paroles et en actes. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles  . Amen »


 

 


DIMANCHE 2 MAI 2010

  

 Lecture suivie : Ac 10, 37 – 48     « l’Esprit Saint tomba sur tous ceux qui écoutaient la Parole »

    Référence complémentaire : Livre des Nombres (Nb 11,25-29) 

Le Seigneur descendit dans la nuée. Il parla à Moïse, et prit de l'Esprit qui reposait sur lui pour le mettre sur les 70 anciens. Quand l'Esprit reposa sur eux ils prophétisèrent, mais ils ne recommencèrent pas. Deux hommes étaient restés au camp; l'un s'appelait Eldad et l'autre Médad. L'Esprit reposa sur eux; bien que n'étant pas venus à la Tente, ils comptaient parmi les inscrits. Ils se mirent à prophétiser dans le camp. Un jeune homme courut l'annoncer à Moïse: "Voici Eldad et Médad, dit-il, qui prophétisent dans le camp." Josué, fils de Nûn, qui depuis sa jeunesse servait Moïse, prit la parole et dit: "Moïse, Monseigneur, empêche-les!" Moïse lui répondit: "Serais-tu jaloux pour moi? Ah! puisse tout le peuple du Seigneur être prophète, le Seigneur leur donnant son Esprit!"


 

   
 LUNDI 3 MAI
 


Lecture suivie : Ac 10, 37 – 48   « l’Esprit Saint tomba sur tous ceux qui écoutaient la Parole »

Texte de méditation : JEAN-PAUL II (Redemptoris Missio)

Au sommet de la mission messianique de Jésus, l'Esprit Saint se rend présent au sein du mystère pascal dans sa qualité de sujet divin: il est celui qui doit maintenant continuer l'œuvre salvifique enracinée dans le sacrifice de la Croix. Cette œuvre, bien sûr, est confiée par Jésus à des hommes: aux Apôtres, à l'Eglise. Toutefois, en ces hommes et par eux, l'Esprit Saint demeure le sujet transcendant de la réalisation de cette œuvre dans l'esprit de l'homme et dans l'histoire du monde». L'Esprit Saint, en effet, est le protagoniste de toute la mission ecclésiale: son action ressort éminemment dans la mission ad gentes, comme on le voit dans l'Eglise primitive avec la conversion de Corneille (cf. Ac 10), avec les décisions sur les problèmes qui se font jour (cf. Ac 15), avec le choix des territoires et des peuples (cf. Ac 16, 6-8). L'Esprit agit par les Apôtres, mais il agit en même temps dans les auditeurs:  Par son action, la Bonne Nouvelle pénètre dans les consciences et dans les cœurs humains et se diffuse dans l'histoire. En tout cela, l'Esprit donne la vie. Sous l'impulsion de l'Esprit, la foi chrétienne s'ouvre délibérément aux «nations» et le témoignage du Christ s'étend aux centres les plus importants de la Méditerranée orientale pour arriver jusqu'à Rome et aux confins de l'Occident. C'est l'Esprit qui pousse à aller toujours au-delà, non seulement du point de vue géographique mais aussi au-delà des barrières ethniques et religieuses, pour accomplir une mission réellement universelle.

 

                               
MARDI 4 MAI
 
 

 

Lecture suivie : Ac 11, 1 – 18   « Aux païens aussi Dieu a donné la repentance »

Référence complémentaire : Livre du prophète Isaïe (Is 49, 5 – 13)

Maintenant le Seigneur a parlé, lui qui m'a modelé dès le sein de ma mère pour être son serviteur, pour ramener vers lui Jacob, et qu'Israël lui soit réuni; --  je serai glorifié aux yeux du Seigneur, et mon Dieu a été ma force; -- il a dit: C'est trop peu que tu sois pour moi un serviteur pour relever les tribus de Jacob et ramener les survivants d'Israël. Je fais de toi la lumière des nations pour que mon salut atteigne aux extrémités de la terre. Ainsi parle le Seigneur, le rédempteur, le Saint d'Israël, à celui dont l'âme est méprisée, honnie de la nation, à l'esclave des tyrans: des rois verront et se lèveront, des princes verront et se prosterneront, à cause du Seigneur qui est fidèle, du Saint d'Israël qui t'a élu. Ainsi parle le Seigneur: Au temps de la faveur je t'ai exaucé, au jour du salut je t'ai secouru. Je t'ai façonné et j'ai fait de toi l'alliance d'un peuple pour relever le pays, pour restituer les héritages dévastés, pour dire aux captifs: "Sortez", à ceux qui sont dans les ténèbres: "Montrez-vous." Ils paîtront le long des chemins, sur tous les monts chauves ils auront un pâturage. Ils n'auront plus faim ni soif, ils ne souffriront pas du vent brûlant ni du soleil, car celui qui les prend en pitié les conduira, il les mènera vers les eaux jaillissantes. De toutes mes montagnes je ferai un chemin et mes routes seront relevées. Les voici, ils viennent de loin, ceux-ci du Nord et de l'Occident, et ceux-là du pays de Sînîm. Cieux, criez de joie, terre exulte, que les montagnes poussent des cris, car le Seigneur a consolé son peuple, il prend en pitié ses affligés. 


 
MERCREDI 5 MAI

  

 

    Lecture suivie : Ac 11, 1 – 18   « Aux païens aussi Dieu a donné la repentance »

   Texte de méditation : SAINT AUGUSTIN (Sur la Trinité)

Pierre explique pourquoi il avait baptisé des incirconcis : parce que l'Esprit Saint, était descendu sur eux, même avant qu'ils fussent baptisés. Il explique à ses frères qui étaient à Jérusalem et qui avaient appris cela avec étonnement : « Lorsque j'eus commencé de leur parler, l'Esprit Saint descendit sur eux, comme sur nous au commencement. Alors je me souvins de la parole du Seigneur, lorsqu'il disait: Jean a baptisé dans l'eau, mais vous, vous serez baptisés dans l'Esprit Saint. Si donc Dieu leur a fait le même don qu'à nous, qui avons cru au Seigneur Jésus-Christ; qui étais-je, moi, pour m'opposer à ce que Dieu leur donnât. le Saint-Esprit (Ac 11,15-17) ? » Il y a encore bien d'autres passages des Ecritures, qui s'accordent à dire que l'Esprit-Saint est le Don de Dieu, en tant qu'il est donné à ceux qui aiment Dieu par lui. Donc, si la sainte Ecriture proclame que « Dieu est charité »; si la charité est de Dieu; si elle fait que nous demeurions en Dieu et Dieu en nous, et si nous connaissons par là qu'il nous a donné de son Esprit: donc le Saint-Esprit est Dieu-charité. Ensuite, si la charité l'emporte sur tous les dons de Dieu et qu'il n'y ait pas de don de Dieu plus grand que le Saint-Esprit, quoi de plus logique que d'appeler charité celui qui est en même temps Dieu et de Dieu ? Et si l'amour dont le Père aime le Fils et dont le Fils aime le Père, fait voir leur ineffable union, quoi de plus convenable que d'appeler proprement charité l'Esprit qui est commun aux deux ?

 

JEUDI 6 MAI

 

Lecture suivie : Ac 11, 19 – 30    « les disciples reçurent le nom de « chrétiens »

    Référence complémentaire : Epître de saint Paul aux Romains (Rm 8, 28 – 39) 

Nous savons qu'avec ceux qui l'aiment, Dieu collabore en tout pour leur bien, avec ceux qu'il a appelés selon son dessein. Car ceux que d'avance il a discernés, il les a aussi prédestinés à reproduire l'image de son Fils, afin qu'il soit l'aîné d'une multitude de frères; et ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés; ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés; ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés. Que dire après cela? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? Lui qui n'a pas épargné son propre Fils mais l'a livré pour nous tous, comment avec lui ne nous accordera-t-il pas toute faveur? Qui se fera l'accusateur de ceux que Dieu a élus? C'est Dieu qui justifie. Qui donc condamnera? Le Christ Jésus, celui qui est mort, que dis-je? Ressuscité, qui est à la droite de Dieu, qui intercède pour nous? Qui nous séparera de l'amour du Christ? La tribulation, l'angoisse, la persécution, la faim, la nudité, les périls, le glaive? Selon le mot de l'Ecriture: A cause de toi, l'on nous met à mort tout le long du jour; nous avons passé pour des brebis d'abattoir. Mais en tout cela nous sommes les grands vainqueurs par celui qui nous a aimés. Oui, j'en ai l'assurance, ni mort ni vie, ni anges ni principautés, ni présent ni avenir, ni puissances, ni hauteur ni profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté dans le Christ Jésus notre Seigneur. 

     

VENDREDI 7 MAI

 

Lecture suivie : Ac 11, 19 – 30    « les disciples reçurent le nom de « chrétiens »

  Texte de méditation : SAINT GRÉGOIRE DE NYSSE (De perfecta christiani forma)

Paul nous a fait connaître ce que cela signifie que de « porter le nom de chrétien », il nous a dit que le Christ est Puissance de Dieu et Sagesse de Dieu ; et il a encore déclaré que le Christ est la Paix, qu’il est lumière inaccessible en laquelle Dieu habite, qu’il est Sanctification et Rédemption, et encore Grand Prêtre, qu’il est la Pâque, la propitiation des âmes, la Splendeur la Gloire, l’empreinte de la substance divine ; qu’il est la Pierre et l’Eau, le fondement de la foi et la tête de l’angle, et l’icône du Dieu invisible, et Grand Dieu, et la tête du Corps de l’Eglise, le premier-né de la nouvelle création, et Prémices de ceux qui dorment. Premier-né d’entre les morts, Premier-né d’une multitude de frères, et Médiateur de Dieu et des hommes, et Fils unique couronné de gloire de d’honneur, Seigneur de la Gloire, Principe de toutes choses, Roi de Justice et, outre tout cela : Roi de la Paix et Roi d’absolument tout, possédant la puissance illimitée du Royaume. Si nous rassemblons et composons entre eux tous les titres que Paul donne au Christ, ils laissent apparaître comme une esquisse de ce qu’embrasse le nom du Christ : ils nous font signe de contempler sa grandeur ineffable, autant que nous pouvons lui faire place dans notre âme. Donc, puisque notre bon Maître nous a admis en communion avec le plus grand, le plus divin et le premier de tous les noms, il faut que nous tous, qui avons l’honneur d’être appelés chrétiens d’après le nom du Christ, nous manifestions en nous-mêmes tous les attributs évoquée par ce nom, afin que l’appellation ne soit pas menteuse en ce qui nous concerne, mais que notre vie lui rend témoignage.

 

 

SAMEDI 8 MAI

   PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

 

◊ Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.

 

◊ Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.

 

◊ Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51)

 

 

        Pour le texte biblique, vous pouvez consulter le Site portsaintnicolas.