LD semaine du 25 avril au 1er mai 2010 (Ac 9-15)

LD 23  – Livre des Actes des Apôtres (9-15) – SEMAINE 4

 

«  les Eglises étaient dans la Paix » (Ac 9, 31)

 

 


 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

 

 

 

 

◊   Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi ».

 

◊  Lire avec attention le texte proposé pour la journée. L'accueillir comme notre nourriture du jour, le prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…

 

◊  Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Dieu qui as des disciples pleins de foi et de l’Esprit Saint, pour qu’ils portent aux païens le message du salut ; fais que l’Évangile du Christ, dont ils furent les Apôtres courageux, soit encore annoncé fidèlement en paroles et en actes. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles  . Amen »


 

 


DIMANCHE 25 AVRIL 2010

  

 Lecture suivie : Ac 9, 31 – 43     « Tabitha, lève-toi »

    Référence complémentaire : Evangile selon saint Luc (Lc 8,41-55) 

Arriva un homme du nom de Jaïre, qui était chef de la synagogue. Tombant aux pieds de Jésus, il le priait de venir chez lui, parce qu'il avait une fille unique, âgée d'environ douze ans, qui se mourait. Et comme il s'y rendait, les foules le serraient à l'étouffer. Or une femme, atteinte d'un flux de sang depuis douze années, et que nul n'avait pu guérir, s'approcha par derrière et toucha la frange de son manteau; et à l'instant même son flux de sang s'arrêta. Mais Jésus dit: "Qui est-ce qui m'a touché?" Comme tous s'en défendaient, Pierre dit: "Maître, ce sont les foules qui te serrent et te pressent." Mais Jésus dit: "Quelqu'un m'a touché; car j'ai senti qu'une force était sortie de moi." Se voyant alors découverte, la femme vint toute tremblante et, se jetant à ses pieds, raconta devant tout le peuple pour quel motif elle l'avait touché, et comment elle avait été guérie à l'instant même. Et il lui dit: "Ma fille, ta foi t'a sauvée; va en paix." Tandis qu'il parlait encore, arrive de chez le chef de synagogue quelqu'un qui dit: "Ta fille est morte à présent; ne dérange plus le Maître." Mais Jésus, qui avait entendu, lui répondit: "Sois sans crainte, crois seulement, et elle sera sauvée." Arrivé à la maison, il ne laissa personne entrer avec lui, si ce n'est Pierre, Jean et Jacques, ainsi que le père et la mère de l'enfant. Tous pleuraient et se frappaient la poitrine à cause d'elle. Mais il dit: "Ne pleurez pas, elle n'est pas morte, mais elle dort." Et ils se moquaient de lui, sachant bien qu'elle était morte. Mais lui, prenant sa main, l'appela en disant: "Enfant, lève-toi." Son esprit revint, et elle se leva à l'instant même. Et il ordonna de lui donner à manger.


   
 LUNDI 26 AVRIL
 


Lecture suivie : Ac 9, 31 – 43    « elle était riche de ses bonnes œuvres et de ses aumônes »

Texte de méditation : SAINT JEAN CHRYSOSTOME (Sur la Genèse)

Les veuves entourèrent l'apôtre, dit le texte, et lui montrèrent ces vêtements, et toutes les preuves de la bonté de Dorcas, et des vertus qu'elle manifestait, quand elle était encore au milieu d'elles. Ces veuves recommandaient celle qui les nourrissait, et elles versaient des larmes, et elles touchèrent vivement la compassion de l'apôtre (cf. Ac 9, 40-41) Voyez-vous la vertu de l'apôtre, disons mieux, la vertu du Seigneur, opérant par lui? Voyez-vous la grandeur de la rétribution qui récompense la charité envers les veuves, la grandeur de la rémunération, même dans la vie présente? Eh quoi ! répondez-moi, cette femme a-t-elle fait, pour les veuves, autant que les veuves ont fait pour elle? elle leur donna des vêtements et de la nourriture, mais les veuves, en retour, l'ont rendue à la vie ; elles ont repoussé la mort loin d'elle; disons mieux, ce ne sont pas ces veuves qui ont repoussé la mort, c'est dans sa clémence, Notre Seigneur, jaloux de récompenser les soins de cette bienfaitrice. Comprenez-vous la puissance de ce remède, ô mes bien-aimés? Appliquons-le donc, tous tant que nous sommes, à nous-mêmes ; ce n'est pas un remède dispendieux ; quoiqu'il soit d'une si grande efficacité, il coûte peu, on se le procure sans frais; car la grandeur de l'aumône ne consiste pas dans la valeur de l'argent, dans le prix des richesses, mais dans l'allégresse de la charité qui s'épanche. Voilà pourquoi celui qui donne un verre d'eau froide est agréable au Seigneur; et, de même, la pauvre femme qui jette dans le tronc deux petites pièces de monnaie. (Mt 10,42 ; Lc 21,2) Ces exemples nous apprennent que c'est, en toutes choses, la pureté de l'intention que demande le Seigneur Dieu de tous les êtres.

 

                               
MARDI 27 AVRIL
 
 

 

Lecture suivie : Ac 10, 1 – 23a     « Corneille, Dieu s’est souvenu de toi »

Référence complémentaire : Evangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 7, 2 – 10)

Un centurion avait, malade et sur le point de mourir, un esclave qui lui était cher. Ayant entendu parler de Jésus, il envoya vers lui quelques-uns des anciens des Juifs, pour le prier de venir sauver son esclave. Arrivés auprès de Jésus, ils le suppliaient instamment: "Il est digne, disaient-ils, que tu lui accordes cela; il aime en effet notre nation, et c'est lui qui nous a bâti la synagogue." Jésus faisait route avec eux, et déjà il n'était plus loin de la maison, quand le centurion envoya des amis pour lui dire: "Seigneur, ne te dérange pas davantage, car je ne mérite pas que tu entres sous mon toit; aussi bien ne me suis-je pas jugé digne de venir te trouver. Mais dis un mot et que mon enfant soit guéri. Car moi, qui n'ai rang que de subalterne, j'ai sous moi des soldats, et je dis à l'un: Va! et il va, et à un autre: Viens! et il vient, et à mon esclave: Fais ceci! et il le fait." En entendant ces paroles, Jésus l'admira et, se retournant, il dit à la foule qui le suivait: "Je vous le dis: pas même en Israël je n'ai trouvé une telle foi." Et, de retour à la maison, les envoyés trouvèrent l'esclave en parfaite santé.

 


 
MERCREDI 28 AVRIL

  

 

    Lecture suivie : Ac 10, 1 – 23a « Corneille, Dieu s’est souvenu de toi »

   Texte de méditation : JEAN-PAUL II (Homélie)

Ac 10 parle de la mission apostolique qui naît de l’amour du Christ. Pierre, convoqué par le centurion romain Corneille, se rend chez lui à Césarée et assiste à sa conversion, la conversion d'un païen. Le même Apôtre commente cet événement très important:  "Je constate en vérité que Dieu ne fait pas acception des personnes, mais qu'en toute nation celui qui le craint et pratique la justice lui est agréable" (Ac 10, 34-35). Ensuite, lorsque l'Esprit descend sur un groupe de croyants provenant du paganisme, Pierre commente:  "Peut-on refuser l'eau du baptême à ceux qui ont reçu l'Esprit Saint aussi bien que nous? (Ac 10, 47). Illuminé d'En haut, Pierre comprend et atteste que tous sont appelés par l'amour du Christ.

 Nous nous trouvons donc face à un tournant décisif dans la vie de l'Eglise; un tournant auquel le Livre des Actes des Apôtres attribue une grande importance. En effet, les Apôtres, et en particulier Pierre, n'avaient pas encore perçu clairement que leur mission ne se limitait pas seulement aux fils d'Israël. Ce qui se produisit dans la maison de Corneille les persuada qu'il n'en était pas ainsi. Dès lors débuta le développement du christianisme en dehors d'Israël et commença à se consolider de façon toujours plus profonde la conscience de l'universalité de l'Eglise: chaque homme et chaque  femme  est appelé,  sans  distinction de race et culture, à accueillir l'Evangile. L'amour du Christ s'adresse à tous et le chrétien est le témoin de cet amour divin et universel.

 

JEUDI 29 AVRIL

 

Lecture suivie : Ac 10, 23b – 36    « Dieu ne fait pas acception des personnes »

    Référence complémentaire : Livre du Deutéronome (Dt 10, 12 – 22) :

Et maintenant, Israël, que te demande Yahvé ton Dieu, sinon de craindre Yahvé ton Dieu, de suivre toutes ses voies, de l'aimer, de servir Yahvé ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme, de garder les commandements de Yahvé et ses lois que je te prescris aujourd'hui pour ton bonheur? C'est bien à Yahvé ton Dieu qu'appartiennent les cieux et les cieux des cieux, la terre et tout ce qui s'y trouve. Yahvé pourtant ne s'est attaché qu'à tes pères, par amour pour eux, et après eux il a élu entre toutes les nations leur descendance, vous-mêmes, jusqu'aujourd'hui. Circoncisez votre cœur et ne raidissez plus votre nuque, car Yahvé votre Dieu est le Dieu des dieux et le Seigneur des seigneurs, le Dieu grand, vaillant et redoutable, qui ne fait pas acception de personnes et ne reçoit pas de présents. C'est lui qui fait droit à l'orphelin et à la veuve, et il aime l'étranger, auquel il donne pain et vêtement. Aimez l'étranger car au pays d'Egypte vous fûtes des étrangers. C'est Yahvé ton Dieu que tu craindras et serviras, t'attachant à lui et jurant par son nom. C'est lui que tu dois louer et c'est lui ton Dieu: il a accompli pour toi ces choses grandes et redoutables que tes yeux ont vues; et, alors que tes pères n'étaient que 70 quand ils sont descendus en Egypte, Yahvé ton Dieu t'a rendu aussi nombreux à présent que les étoiles des cieux.  

 

     

VENDREDI 30 AVRIL

 

Lecture suivie : Ac 10, 23b – 36    « Dieu ne fait pas acception des personnes »

  Texte de méditation : SAINT IRÉNÉE DE LYON (Contre les hérésies)

Par les paroles qu'à Césarée Pierre adressa au centurion Corneille et aux païens qui se trouvaient avec lui — c'était la première fois que la parole de Dieu était annoncée à des païens —, nous pouvons savoir ce qu'annonçaient les apôtres, quelle était leur prédication et quelle doctrine ils avaient sur Dieu. Ce Corneille, est-il dit, était « un homme pieux et craignant Dieu, ainsi que toute sa maison; il faisait beaucoup d'aumônes au peuple et priait Dieu continuellement. Il vit donc vers la neuvième heure du jour un ange de Dieu qui entrait chez lui et qui lui dit : Tes aumônes sont montées en mémorial devant Dieu. C'est pourquoi envoie des hommes vers Simon, qu'on appelle Pierre. » Pendant ce temps, Pierre voyait une révélation, au cours de laquelle une voix céleste lui répondait : « Ce que Dieu a purifié, ne l'appelle pas souillé. » Car le Dieu qui par la Loi avait distingué entre les aliments purs et impurs, ce Dieu même avait purifié les nations par le sang de son Fils, et c'est ce Dieu qu'honorait Corneille. Quand donc Pierre arriva près de Corneille, il dit : « En vérité, je me rends compte que Dieu ne fait pas acception des personnes, mais qu'en toute nation celui qui le craint et pratique la justice lui est agréable. » Il indiquait par là clairement que le Dieu que Corneille craignait déjà auparavant, dont il avait été instruit par la Loi et les prophètes et à cause de qui il faisait ses aumônes, celui-là était véritablement Dieu

 

 

SAMEDI 1ER MAI

   PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

 

◊ Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.

 

◊ Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.

 

◊ Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51)

 

 

        Pour le texte biblique, vous pouvez consulter le Site portsaintnicolas.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :