LD semaine du 16 au 22 mai 2010 (Ac 9-15)

LD 23  – Livre des Actes des Apôtres (9-15) – SEMAINE 6

 

«  les païens se mirent à glorifier la Parole de Dieu » (Ac 13, 48)

 

 


 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

 

 

 

 

◊   Commencer le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : « Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-HautEt révèle-nous celui du FilsEt toi l'Esprit commun qui les rassembleViens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi ».

 

◊  Lire avec attention le texte proposé pour la journée. L'accueillir comme notre nourriture du jour, le prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…

 

◊  Conclure le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : « Dieu qui as des disciples pleins de foi et de l’Esprit Saint, pour qu’ils portent aux païens le message du salut ; fais que l’Évangile du Christ, dont ils furent les Apôtres courageux, soit encore annoncé fidèlement en paroles et en actes. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles  . Amen »


 

 


DIMANCHE 16 MAI 2010

  

 Lecture suivie : Ac 13, 13 – 31  « De la descendance de David, Dieu a suscité Jésus »

    Référence complémentaire : Livre des Psaumes (Ps 89, 21 – 37)

J'ai trouvé David mon serviteur, je l'ai oint de mon huile sainte;

pour lui ma main sera ferme, mon bras aussi le rendra fort.

L'adversaire ne pourra le tromper, le pervers ne pourra l'accabler;

j'écraserai devant lui ses agresseurs, ses ennemis, je les frapperai.

Ma vérité et mon amour avec lui, par mon nom s'exaltera sa vigueur;

j'établirai sa main sur la mer et sur les fleuves sa droite.

Il m'appellera: Toi, mon père, mon Dieu et le rocher de mon salut!

si bien que j'en ferai l'aîné, le très-haut sur les rois de la terre.

A jamais je lui garde mon amour, mon alliance est pour lui véridique;

j'ai pour toujours établi sa lignée, et son trône comme les jours des cieux.

Si ses fils abandonnent ma loi, ne marchent pas selon mes jugements,

s'ils profanent mes préceptes et ne gardent pas mes commandements,

je visiterai avec des verges leur péché, avec des coups leur méfait,

mais sans retirer de lui mon amour, sans faillir dans ma vérité.

Point ne profanerai mon alliance, ne dédirai le souffle de mes lèvres;

une fois j'ai juré par ma sainteté: mentir à David, jamais!

Sa lignée à jamais sera, et son trône comme le soleil devant moi. 

 

   
 LUNDI 17 MAI
 


Lecture suivie : Ac 13, 13 – 31  « De la descendance de David, Dieu a suscité Jésus »

Texte de méditation : JEAN-PAUL II (Redemptoris Missio)

La mission de l'Eglise, comme celle de Jésus, est l'œuvre de Dieu ou - comme le dit fréquemment Luc - l'œuvre de l'Esprit. Après la résurrection et l'ascension de Jésus, les Apôtres vivent une expérience forte qui les transforme: la Pentecôte. La venue de l'Esprit Saint fait d'eux des témoins et des prophètes (cf. Ac 1,8 Ac 2,17-18), les pénétrant d'une tranquille audace qui les pousse à transmettre aux autres leur expérience de Jésus et l'espérance qui les anime. L'Esprit leur donne la capacité de témoigner de Jésus avec "assurance". Quand les évangélisateurs sortent de Jérusalem, l'Esprit assume plus encore le rôle de "guide" pour le choix des personnes ou des voies de la mission. Son action parait spécialement dans l'impulsion donnée à la mission qui, effectivement, s'étend de Jérusalem à toute la Judée et à la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre, suivant la parole de Jésus. Les Actes rapportent la synthèse de six "discours missionnaires" adressés aux Juifs aux commencements de l'Eglise (cf. Ac 2,22-39 Ac 3,12-26 Ac 4,9-12 Ac 5,29-32 Ac 10,34-43 Ac 13,16-41). Ces discours-modèles, prononcés par Pierre et par Paul, annoncent Jésus, invitent à "se convertir", c'est-à-dire à accueillir Jésus dans la foi et à se laisser transformer en lui par l'Esprit.

 

                               
MARDI 18 MAI
 
 

 

Lecture suivie : Ac 13, 32 – 43   « Tu es mon Fils, moi-même aujourd’hui je t’ai engendré »

Référence complémentaire : Epître aux Hébreux (He 1, 1 – 10)

Après avoir, à maintes reprises et sous maintes formes, parlé jadis aux Pères par les prophètes, Dieu, en ces jours qui sont les derniers, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par qui aussi il a fait les siècles. Resplendissement de sa gloire, effigie de sa substance, ce Fils qui soutient l'univers par sa parole puissante, ayant accompli la purification des péchés, s'est assis à la droite de la Majesté dans les hauteurs, devenu d'autant supérieur aux anges que le nom qu'il a reçu en héritage est incomparable au leur. Auquel des anges, en effet, Dieu a-t-il jamais dit: Tu es mon Fils, moi, aujourd'hui, je t'ai engendré? Et encore: Je serai pour lui un père, et lui sera pour moi un fils. Et de nouveau, lorsqu'il introduit le Premier-né dans le monde, il dit: Que tous les anges de Dieu l'adorent. Tandis qu'il s'exprime ainsi en s'adressant aux anges: Il fait de ses anges des vents, de ses serviteur une flamme ardente, il dit à son Fils: Ton trône, ô Dieu, subsiste dans les siècles des siècles, et: le sceptre de droiture est le sceptre de sa royauté. Tu as aimé la justice et tu as haï l'impiété. C'est pourquoi, Dieu, ton Dieu t'a oint d'une huile d'allégresse de préférence à tes compagnons. Et encore: C'est toi, Seigneur, qui aux origines fondas la terre, et les cieux sont l'ouvrage de tes mains.

 


 
MERCREDI 19 MAI

  

 

    Lecture suivie : Ac 13, 32-43 «Tu es mon Fils moi-même aujourd’hui je t’ai engendré»

   Texte de méditation : SAINT CLÉMENT DE ROME (Epître aux Corinthiens)

Telle est la voie, bien-aimés, où nous trouverons notre salut : Jésus Christ, le Grand Prêtre qui présente nos offrandes, le défenseur et le secours de notre faiblesse. C'est par lui que nous tenons nos regards vers les hauteurs des cieux. Par lui que nous voyons comme dans un miroir l'irréprochable visage de Dieu. Par lui que se sont ouverts les yeux de notre cœur. Par lui que notre réflexion inintelligente et enténébrée refleurit à la lumière. Par lui que le Maître a voulu nous faire goûter à la science immortelle, lui qui, rayonnement de sa Majesté, est d'autant plus élevé au-dessus des anges qu'il a hérité d'un nom supérieur. Il est écrit en effet : « Lui qui fait des esprits ses messagers et du feu flamboyant ses serviteurs. » Mais au sujet de son Fils, voici ce qu'a dit le Maître : « Mon Fils, c'est toi ; c'est moi aujourd'hui qui t'ai engendré ; demande-moi et je te donnerai les nations pour ton héritage et pour ta propriété les confins de la terre. » Et de nouveau, il lui dit : Siège à ma droite jusqu'à ce que je place tes ennemis comme marchepied de tes pieds

 

JEUDI 20 MAI

 

Lecture suivie : Ac 13, 44 – 52    « Je t’ai établi lumière des nations »

    Référence complémentaire : Livre du prophète Isaïe (Is 49, 1 – 9)

Iles, écoutez-moi, soyez attentifs, peuples lointains! Yahvé m'a appelé dès le sein maternel, dès les entrailles de ma mère il a prononcé mon nom. Il a fait de ma bouche une épée tranchante, il m'a abrité à l'ombre de sa main; il a fait de moi une flèche acérée, il m'a caché dans son carquois. Il m'a dit: "Tu es mon serviteur, Israël, toi en qui je me glorifierai." Et moi, j'ai dit: "C'est en vain que j'ai peiné, pour rien, pour du vent j'ai usé mes forces." Et pourtant mon droit était avec Yahvé et mon salaire avec mon Dieu. Et maintenant Yahvé a parlé, lui qui m'a modelé dès le sein de ma mère pour être son serviteur, pour ramener vers lui Jacob, et qu'Israël lui soit réuni; --  je serai glorifié aux yeux de Yahvé, et mon Dieu a été ma force; -- il a dit: C'est trop peu que tu sois pour moi un serviteur pour relever les tribus de Jacob et ramener les survivants d'Israël. Je fais de toi la lumière des nations pour que mon salut atteigne aux extrémités de la terre. Ainsi parle Yahvé, le rédempteur, le Saint d'Israël, à celui dont l'âme est méprisée, honnie de la nation, à l'esclave des tyrans: des rois verront et se lèveront, des princes verront et se prosterneront, à cause de Yahvé qui est fidèle, du Saint d'Israël qui t'a élu. Ainsi parle Yahvé: Au temps de la faveur je t'ai exaucé, au jour du salut je t'ai secouru. Je t'ai façonné et j'ai fait de toi l'alliance d'un peuple pour relever le pays, pour restituer les héritages dévastés, pour dire aux captifs: "Sortez", à ceux qui sont dans les ténèbres: "Montrez-vous." Ils paîtront le long des chemins, sur tous les monts chauves ils auront un pâturage. 

     

VENDREDI 21 MAI

 

Lecture suivie : Ac 13, 44 – 52    « Je t’ai établi lumière des nations »

  Texte de méditation : SAINT JEAN CHRYSOSTOME (Sur les Ac)

Voyez toute la prévoyance de Paul. Non seulement il fit naître alors leur admiration, mais il fit grandir en eux le désir de l'entendre encore ; il avait seulement ensemencé leurs âmes, sans finir sa tâche ni terminer son discours, car il voulait d'abord se concilier leur attention et leur bienveillance, et ne pas les rebuter en surchargeant leur esprit dès la première fois. Le sabbat suivant, presque toute « la ville s'assembla pour écouter la parole de Dieu. Mais les Juifs, voyant cette affluente, furent remplis d'envie et combattaient les discours de Paul, mêlant des blasphèmes à leurs contradictions ». Voyez comme la méchanceté se nuit à elle-même en voulant nuire aux autres. C'était une grande gloire pour les apôtres que cette contradiction qu'on leur opposait : d'abord ces gens les priaient de parler, maintenant « ils mêlaient des blasphèmes à leurs contradictions ». Quelle insolence ! ce qui méritait leurs éloges attirait leurs contradictions. « Alors Paul et Barnabé leur dirent hardiment: C'était à vous qu'il fallait d'abord annoncer la parole de Dieu ; mais puisque vous la rejetez et que vous vous jugez vous-mêmes indignes de la vie éternelle, voici que nous nous. tournons vers les gentils ». Voyez-vous comment l'opposition qu'ils rencontrent leur fit étendre leur prédication et se dévouer de plus en plus aux gentils, après avoir établi qu'ils n'avaient rien à se reprocher envers leurs compatriotes? Il ne dit pas : Vous êtes indignes; mais : « Vous vous jugez indignes », afin d'éviter toute parole blessante. « Voici que nous nous tournons vers les gentils (47), car voici l'ordre que le Seigneur nous a donné : Je t'ai établi pour la lumière des gentils, afin que tu serves leur salut jusqu'à l'extrémité de la terre ». (Is 49,6)

 

 

SAMEDI 22 MAI

   PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

 

◊ Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.

 

◊ Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.

 

◊ Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51)

 

 

        Pour le texte biblique, vous pouvez consulter le Site portsaintnicolas.