LD semaine du 20 au 26 septembre 2009 (Ps 1-18)

LD 18  – Livre des Psaumes (Ps 1-18) – SEMAINE 9

 

«  j’ai gardé la parole de tes lèvres » (Ps 17(16),4)

 

 


 

COMMENT VIVRE LA LECTIO DIVINA QUOTIDIENNE

 

 

◊   Commencez le temps quotidien de Lectio Divina par une prière à l’Esprit Saint. On peut prier par exemple une strophe du « Veni Creator » : «Esprit Saint, Fais-nous voir le visage du Très-Haut. Et révèle-nous celui du Fils; Et toi l'Esprit commun qui les rassemble; Viens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi ».

 

◊  Lire avec attention les textes proposés pour la journée. Les accueillir comme notre nourriture du jour, les prier en silence, ruminer cette Parole de Dieu. Peut-être noter sur un carnet une référence, un verset…

 

◊  Conclure  le temps de Lectio Divina par une acclamation de la Parole de Dieu reçue, par le Notre Père ou par une autre prière. Par exemple : «  Réponds à notre prière, Dieu tout-puissant, et comme au jour de la Pentecôte, que le Christ, lumière de lumière, envoie sur nous l’Esprit de feu : qu’il éclaire nos cœurs, nous que tu as fait renaître et que tu confirmes dans ta grâce. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles  . Amen »


 

 


DIMANCHE 20 SEPTEMBRE 2009

  

 Lecture suivie : Psaume 17 (16)   « dans la justice, je contemplerai ta face »

    Référence complémentaire : Apocalypse de saint Jean (Ap 21, 22 à 22, 5) 

De temple, je n'en vis point dans la Jérusalem nouvelle ; c'est que le Seigneur, le Dieu Maître-de-tout, est son temple, ainsi que l'Agneau. La ville peut se passer de l'éclat du soleil et de celui de la lune, car la gloire de Dieu l'a illuminée, et l'Agneau lui tient lieu de flambeau. Les nations marcheront à sa lumière, et les rois de la terre viendront lui porter leurs trésors. Ses portes resteront ouvertes le jour - car il n'y aura pas de nuit -- et l'on viendra lui porter les trésors et le faste des nations. Rien de souillé n'y pourra pénétrer, ni ceux qui commettent l'abomination et le mal, mais seulement ceux qui sont inscrits dans le livre de vie de l'Agneau. Puis l'Ange me montra le fleuve de Vie, limpide comme du cristal, qui jaillissait du trône de Dieu et de l'Agneau. Au milieu de la place, de part et d'autre du fleuve, il y a des arbres de Vie qui fructifient douze fois, une fois chaque mois; et leurs feuilles peuvent guérir les païens. De malédiction, il n'y en aura plus; le trône de Dieu et de l'Agneau sera dressé dans la ville, et les serviteurs de Dieu l'adoreront; ils verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts. De nuit, il n'y en aura plus; ils se passeront de lampe ou de soleil pour s'éclairer, car le Seigneur Dieu répandra sur eux sa lumière, et ils régneront pour les siècles des siècles.

 

 

 LUNDI 21 SEPTEMBRE
 


Lecture suivie : Psaume 17 (16)   « dans la justice, je contemplerai ta face »

Texte de méditation : SAINT IRÉNÉE DE LYON (Contre les hérésies)

Les prophètes annonçaient donc d'avance que Dieu serait vu des hommes, conformément à ce que dit aussi le Seigneur : « Bienheureux les cœurs purs, parce qu'ils verront Dieu ». Certes, selon sa grandeur et son inexprimable gloire, « nul ne verra Dieu et vivra», car le Père est insaisissable; mais selon son amour, sa bonté envers les hommes et sa toute-puissance, il va jusqu'à accorder à ceux qui l'aiment le privilège de voir Dieu — ce que, précisément, prophétisaient les prophètes —, car « ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu». Par lui-même, en effet, l'homme ne pourra jamais voir Dieu; mais Dieu, s'il le veut, sera vu des hommes, de ceux qu'il veut, quand il veut et comme il veut. Car Dieu peut tout : vu autrefois par l'entremise de l'Esprit selon le mode prophétique, puis vu par l'entremise du Fils selon l'adoption, il sera vu encore dans le royaume des cieux selon la paternité, l'Esprit préparant d'avance l'homme pour le Fils de Dieu, le Fils le conduisant au Père, et le Père lui donnant l'incorruptibilité et la vie éternelle, qui résultent de la vue de Dieu pour ceux qui le voient. Car, de même que ceux qui voient la lumière sont dans la lumière et participent à sa splendeur, de même ceux qui voient Dieu sont en Dieu et participent à sa splendeur. Or vivifiante est la splendeur de Dieu. Ils auront donc part à la vie, ceux qui voient Dieu. Tel est le motif pour lequel Celui qui est insaisissable, incompréhensible et invisible s'offre à être vu, compris et saisi par les hommes : c'est afin de vivifier ceux qui le saisissent et qui le voient. Car, si sa grandeur est inscrutable, sa bonté aussi est inexprimable, et c'est grâce à elle qu'il se fait voir et qu'il donne la vie à ceux qui le voient. Car il est impossible de vivre sans la vie, et il n'y a de vie que par la participation à Dieu, et cette participation à Dieu consiste à voir Dieu et à jouir de sa bonté. 
Les hommes verront donc Dieu afin de vivre, devenant immortels par cette vue et atteignant jusqu'à Dieu.

 
MARDI 22 SEPTEMBRE
 
 

Lecture suivie : Psaume 18 (17), 1 – 28      « le Seigneur m’a sauvé, car il m’aime »

Référence complémentaire : Livre de la Sagesse (Sg 10, 15 à 11, 3)

C'est la Sagesse qui délivra un peuple saint et une race irréprochable d'une nation d'oppresseurs. Elle entra dans l'âme d'un serviteur du Seigneur et tint tête à des rois redoutables par des prodiges et des signes. Aux saints elle remit le salaire de leurs peines, elle les guida par un chemin merveilleux, elle devint pour eux un abri pendant le jour, et une lumière d'astres pendant la nuit. Elle leur fit traverser la mer Rouge et les conduisit à travers l'onde immense, tandis qu'elle submergea leurs ennemis, puis les rejeta des profondeurs de l'abîme. Aussi les justes dépouillèrent-ils les impies; ils célébrèrent, Seigneur, ton saint Nom et, d'un cœur unanime, chantèrent ta main secourable; car la Sagesse ouvrit la bouche des muets et elle rendit claire la langue des tout-petits. Elle fit prospérer leurs entreprises par la main d'un saint prophète. Ils traversèrent un désert inhabité et plantèrent leurs tentes en des lieux inaccessibles. Ils tinrent tête à leurs ennemis et repoussèrent leurs adversaires.

 

MERCREDI 23 SEPTEMBRE

  

    Lecture suivie : Psaume 18 (17), 1 – 28      « le Seigneur m’a sauvé, car il m’aime »

   Texte de méditation : SAINT JEAN DE LA CROIX (La nuit obscure)

Toutes les propriétés qui concernent la sûreté et la garde de l'âme sont causées en elle par cette obscure contemplation, car elle est mise plus près de Dieu; en effet plus l'âme s'approche de Lui, plus elle sent d'obscures ténèbres et une plus profonde obscurité à cause de sa faiblesse ; comme celui qui plus près s'approcherait du soleil serait d'autant plus aveuglé et incommodé de sa splendeur, à cause de la faiblesse et impureté de son œil. De même la lumière spirituelle de Dieu est si immense et excède tellement l'entendement naturel, que lorsqu'elle en approche davantage, elle l'aveugle et obscurcit. C'est pourquoi dans le psaume 18, David dit que Dieu a mis les ténèbres pour sa cachette et sa couverture, et son tabernacle autour de soi, de l'eau ténébreuse dans les nuées de l'air (Ps 18,12). Cette eau ténébreuse dans les nuées de l'air est l'obscure contemplation et Sagesse divine dans les âmes, comme nous disons ; ce qu'elles sentent comme chose qui est près de Lui, comme le tabernacle où Il demeure, quand Dieu se les unit davantage. Et ainsi ce qui en Dieu est lumière et clarté plus hautes, est pour l'homme ténèbre plus obscure comme dit saint Paul (1Co 2,14), et selon que le déclare David au même psaume, en disant : À cause de la splendeur qui est en sa présence, les voiles et les nuées passèrent (Ps 18,13), à savoir pour l'entendement naturel, dont la lumière, comme dit Isaïe au chapitre 5, est offusquée en ses ténèbres (Is 5,30).

 

JEUDI 24 SEPTEMBRE

 

Lecture suivie : Psaume  18 (17), 29 – 51  « il montre de l’amour pour son Messie »

    Référence complémentaire : Epître de saint Paul aux Romains (Rm 15, 5 – 13) 

Que le Dieu de la constance et de la consolation vous accorde d'avoir les uns pour les autres la même aspiration à l'exemple du Christ Jésus, afin que d'un même cœur et d'une même bouche vous glorifiiez le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ. Aussi soyez accueillants les uns pour les autres, comme le Christ le fut pour vous à la gloire de Dieu. Je l'affirme en effet, le Christ s'est fait ministre des circoncis à l'honneur de la véracité divine, pour accomplir les promesses faites aux patriarches, et les nations glorifient Dieu pour sa miséricorde, selon le mot de l'Ecriture: C'est pourquoi je te louerai parmi les nations et je chanterai à la gloire de ton nom; et cet autre: Nations, exultez avec son peuple; ou encore: Toutes les nations, louez le Seigneur, et que tous les peuples le célèbrent. Et Isaïe dit à son tour: Il paraîtra, le rejeton de Jessé, celui qui se dresse pour commander aux nations. En lui les nations mettront leur espérance. Que le Dieu de l'espérance vous donne en plénitude dans votre acte de foi la joie et la paix afin que l'espérance surabonde en vous par la vertu de l'Esprit Saint.
 

VENDREDI 25 SEPTEMBRE

 

Lecture suivie : Psaume  18 (17), 29 – 51  « il montre de l’amour pour son Messie »

  Texte de méditation : D. BARSOTTI (Introduction aux psaumes)

Le psaume 18 est l’un des plus beaux de tout le psautier par la splendeur des images et la vigueur dramatique. Surtout, il est l’anticipation prophétique de tout le processus de l’histoire sacrée du monde, qui s’achève dans l’unité de toutes les nations sous le pouvoir du Roi messianique. De cette histoire, l’auteur principal est Dieu lui-même, qui prend le parti du Roi et donne la victoire à son combat. 

« Tu es mon Fils, moi aujourd’hui, je t’ai engendré » (cf. Ps 2). Le Christ, Roi messianique et Serviteur de Yahvé, s’est chargé du péché du monde. Un seul crie vers Dieu, un seul prie, mais en lui nous prions tous, implorant le pardon de nos péchés. Sa Passion et la persécution qu’il souffre de la part des impies s’accompagnent de la certitude de la victoire et de la certitude du salut universel. La vie de l’univers est une guerre qui a les dimensions du cosmos et qui est le vrai contenu de l’histoire des hommes. L’Apocalypse dira la même chose et conclura : quand Dieu paraît, le Jugement s’accomplit, le mal est détruit et le Christ règne. Et le règne du Messie ne se distingue pas du règne de Yahvé !

Avant d’être le livre de la prière d’Israël, le Psautier est l’épopée lyrique du règne messianique. En priant les psaumes, nous nous insérons volontairement dans le Christ. Par notre prière, il prie et vit en nous, et c’est sa présence en nous qui est le gage de la vie éternelle.  Dans le psaume 18, le roi lui-même chante sa victoire sur les ennemis. Son hymne triomphale anticipe la fin des combats et récapitule toue la vie de l’homme, toute l’histoire du monde.

 

SAMEDI 26 SEPTEMBRE

   PROPOSITION POUR LA JOURNÉE DU SAMEDI

 

◊ Avant d’entrer dans une nouvelle semaine (qui commence, pour les chrétiens, le samedi soir), nous vous proposons de prendre le temps aujourd’hui de ressaisir ce qui a été votre « nourriture » de la Parole de Dieu reçue cette semaine pour l’orienter vers la prière et surtout la contemplation.

 

◊ Pour la Lectio de ce jour, vous pouvez soit reprendre un des textes bibliques proposés durant la semaine, soit éventuellement reprendre les versets de l’Ecriture Sainte que vous aurez glanés au long des lectio de ces derniers jours et que vous aurez pu noter.

 

◊ Cela nous permettra de vivre cette journée de Lectio dans le rayonnement de la prière de la Bienheureuse Vierge Marie, qui, docile à l’action en elle de l’Esprit Saint, « conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (cf. Lc 2,19 et 51)

 

 

        Pour le texte biblique, vous pouvez consulter le Site portsaintnicolas.